INSPIRE, VIENS, ON COUDS

COUDRE, RÉINVENTER ET LANCER MA BOUTIQUE EN LIGNE !

atelier de création couture

Mon p’tit atelier

Cher toi,

 Je suis de retour sur le blog et j’avais très envie de te partager ce que le fait de coudre m’apporte au quotidien et « oh combien » je suis contente d’avoir sauté le pas et d’avoir enfin créée ma boutique en ligne sur Etsy, ouiiii c’est la fête !!

 

Si je prends quelques instants pour prendre du recul, j’observe combien la couture m’a aidé à changer de regard sur les choses du quotidien, combien elle m’aide à sortir de la banalité du quotidien, de l’ennui, pour y remettre un peu de sacré, d’espoir et de patience.
La couture, c’est un pied de nez (ou de bouche comme on veut) à la banalité des choses, c’est tenter de se concentrer sur l’action, c’est revenir à l’assurance de ses besoins primaires (sécurité ) car si on ne s’habille pas, eh ben on meurt surtout au Canada, c’est se rendre compte de la complexité des choses, y passer du temps, râler, y repasser du temps, rerâler et continuer à nourrir ses besoins secondaires (créativité, imagination, accomplissement, reconnaissance, partage, communauté).

 

Coudre pour favoriser le local, réutiliser, réparer et moins consommer

 

Avec l’arrivée du « fast fashion » et de la consommation à outrance, la couture a perdu de sa valeur, et aujourd’hui, à part si je vais dans un magasin de créateur local, je ne sais toujours pas qui a fabriqué mon vêtement, d’où vient le tissus, le temps passé à réaliser le patron et le coudre.

Je suis juste contente aujourd’hui de pouvoir me dire, je ne veux pas jeter ce vêtement ou cet objet, je vais essayer de le réparer, de le réutiliser, d’essayer par tous les moyens d’en garder le plus possible ou de le customiser ; d’ailleurs voici deux boutiques que j’adore fait à partir de tissus recyclés : Foehn Kids et Mamie Sissi.

Quand j’étais plus petite, ma grand mère avec sa grande expérience de couturière a bien essayé de m’apprendre mais sans que je ne m’y accroche vraiment.

Faut dire que dans son temps, surtout ayant connu la guerre d’Espagne, elle avait été habitué à se débrouiller par elle même avec ses trois enfants et coudre, tricoter, crocheter, réparer c’était une de ses passions et il n’était pas question de jeter le tissus.
D’ailleurs, elle a toujours voulu apprendre à ma mère à coudre, et celle-ci vient de s’y mettre à 69 ans.

Comme quoi l’âge ça n’existe pas vraiment, c’est plus une barrière qu’autre chose.

 

La création m’a toujours suivi, c’était par vague et j’aimais utilisé plein de supports, le papier, le bois, la céramique (j’avais même testé la peinture sur soie en colonie de vacance) mais je n’avais jamais pensé à la couture.

Sauf que il y a un an et demi, j’ai eu à nouveau un élan créatif et je ne sais pas pourquoi, c’était plus fort que moi.
Je suis tombée sur des créations de toute beauté et j’ai vu combien le tissus était quelque chose de précieux et pouvais apporter  des tonnes d’idées créatives.

Bon la première fois que j’ai commencé à apprendre la couture sur une machine et m’y mettre pour de vrai, je me revois encore avoir des sueurs froides, mes gestes étaient bafouillant et je ne comprenais rien à tous ces fils et je me suis dit « eh ben on est pas dans la merde si tu veux refaire ta garde robe ».

Après avoir réalisé un petit objet, j’avais l’impression d’avoir couru un marathon, j’avais des courbatures et j’étais épuisée, tellement je trouvais cela complexe, et je me sentais toute petite devant la montagne de choses à apprendre.

Bref, de fils en aiguilles comme on dit, passant de longues soirées sur Pinterest, voyant les couleurs, les tissus, plein de créations différentes, ça m’a donné le goût de continuer, d’aller fouiner les tissus, d’assembler les couleurs.

Avant de m’y mettre, j’avais plein d’idées reçus sur la couture, d’ailleurs quand je pensais couture, et ben je pensais couture à la main, réparations et nappe des années 60 et quand j’ai réalisé toutes la richesse que cela apportait, je me suis dis : « mais comment j’ai pu passer à côté pendant toutes ces années? ». Et définitivement, la couture à la main ce n’est pas pour moi ni de me concentrer sur les bas de pantalons, je ne trouve tout simplement pas ça intéressant.

La couture , du patron à la réalisation, amène tellement un univers riche, que je trouve dommage de ne pas l’exploiter pour exprimer son potentiel créatif (si on aime coudre bien sur).


C’est aussi grâce à toutes les personnes ayant un blog, qui prennent le temps de partager leur création et qui démocratisent la couture en la rendant plus fun et pleine de vie, que j’ai pu en apprendre énormément.

J’ai appris en autodidacte, en apprenant de tous les côtés et surtout en partageant la couture chaque semaine avec des amis ; en s’entraidant, en se donnant du feed back, en s’échangeant des patrons, se donnant de l’inspiration sur le prochain cadeau d’anniversaire à offrir et nous comprenant dans notre 5éme décousage d’une fermeture éclair pas droite.
J’ai aussi appris que quand j’en suis à mon 5éme décousage, il est temps d’aller me coucher  ; sauf quand tu offres ton cadeau pour le lendemain, même si tu as eu plein de temps pour le faire avant, eh ben ce qui est génial c’est que c’est la veille que tu le fais.
Du coup, tu as l’impression de donner ta vie, ça rend l’aventure un peu plus dangereuse, un peu foufou quoi.

Bon ben du coup, j’ai commencé par des trucs faciles, le fait de faire des cadeaux à mon entourage me motivait, ça me donnait un défi pour faire un truc encore plus difficile et puis j’en suis arrivée à faire mes premiers vêtements et ça c’était hyper chouette.

Quelle satisfaction j’te jure, parce qu’avant de découvrir tout ça,  j’étais dans la banalisation, sans me rendre compte vraiment de l’incroyable valeur de toutes ces personnes qui créent des patrons, des habits, des accessoires dans le but d’être confortable, de se simplifier la vie, de se l’embellir et de pouvoir offrir aux autres l’occasion de se vêtir par leur création.

Me mettre à coudre à la machine m’a aidé à ralentir, à faire une pause, à apprécier d’avoir un objet unique fait avec le cœur plutôt que d’en avoir des tonnes et le mettre aux déchets.

 

Ça m’a redonné un peu de goût dans les choses du quotidien, parce que pour ce panier, ou cette guirlande ou ce portefeuille, je sais le temps que j’y ai passé, je sais la complexité que ça a pris, et comment j’ai hâte de l’offrir à la personne.
Et je sais aussi que c’est un objet qui est fait pour durer et qui ne fera pas partie de l’obsolescence programmée.

Voila tout ça pour dire, que j’ai eu envie d’en faire plus pour l’ouvrir à d’autres personnes, et de me lancer dans une nouvelle aventure, celle de lancer ma boutique . Je pars dans cette aventure en parallèle de mes autres projets à venir, il était temps pour moi d’oser et de me donner encore plus de reconnaissance pour mon travail.
C’est aussi un premier pas pour moi en devenant travailleur autonome, en mettant un pied hors du salariat vers des projets qui font plus de sens.
Mes créations sont basées sur la diminution des emballages, la réutilisation de mes restants de tissus, et tendre au maximum vers le zéro déchet.

 

Créations douces et locales

 

guirlande boutique etsy


Je me suis dis que j’allais faire le lancement en te proposant de jolies guirlandes, avec chacune son histoire, et comme ça tu peux créer ta propre guinguette n’importe où dans ta maison et ainsi réchauffer ton quotidien.
Je ne fais que des pièces uniques sur la boutique, et je peux faire des commandes personnalisées en me contactant.
Des nouvelles créations s’ajouteront dans les prochaines semaines, à la guise de mon inspiration.

Si tu en as l’élan, je t’invite à venir jeter un coup d’œil, à te faire plaisir ou faire plaisir à une personne qui compte pour toi ou simplement partager la nouvelle à tes amis si tu aimes mes créations.

 Je t’invite alors à découvrir ma boutique Etsy : 

www.etsy.com/shop/laptiteorelie

 

Côté emballage cadeau de mes créations, j’ai décidé de créer moi même une pochette en coton à chaque fois, au moins la personne peut la réutiliser ; j’avoue que ça me donne des démangeaisons de voir tout ces papiers cadeaux ouverts et jetés inutilement, juste pour la tradition.

Dans tous les cas, si tu as l’opportunité, je te souhaite d’aller encourager les créateurs locaux de ta région ou de continuer à faire vivre ta créativité si tu crées toi même et que tu l’offres peu importe ton art.

Le monde en a bien besoin car personne d’autre que toi ne pourrait faire ce que tu fais de ta façon à toi.

 

 

N’hésites pas à m’écrire un petit mot si ça te tente et à me partager tes créations.